Bibliocratie

Plateforme d'édition à compte de lecteurs

« Il paraît que Le XXIe siècle est celui de l'individualisme : réjouissons-nous !  »

 

L'édition à compte de lecteurs, qu'est-ce que c'est ?

Une plateforme d'édition à compte de lecteurs : sans intermédiaire financier ou créatif entre auteur-e-s et lecteurs. Nous offrons à tous les auteur-e-s la possibilité d'être publiés, à condition que leur livre soit achevé et cohérent

Ensuite, ce sont les internautes qui décident de le publier, en lisant les premières pages, le résumé, et les extraits disponibles sur l'onglet dédié du site.
Dès lors, si un nombre d'exemplaires préalablement défini par l'auteur-e est acheté dans le temps imparti, la souscription est un succès, le livre imprimé, et envoyé à chacun des souscripteurs/lecteurs.

Quel est votre différence par rapport aux autres sites de "financement participatif" ?

Bibliocratie est une plateforme qui a été pensée dès le début pour les auteur-e-s. Chacun peut proposer son livre, sans être jugé a priori et tout en étant traité avec justice : les auteur-e-s conservent leurs droits, touchent 83 % des bénéfices (10% pour Bibliocratie et 7% de TVA) et sont accompagnés à chaque phase de leur projet d'édition (correction du manuscrit, options de mise en page et de création de couverture, présentation du projet et communication sur internet).
Tout au long de la souscription, nous tâchons d'assurer la meilleure qualité de conseil et de suivi possible, car ce sont des éléments qui nous paraissent clefs dans la réussite d'un projet.
Pour le souscripteur/lecteur, la caractéristique principale de notre plateforme se situe dans notre vision du financement participatif. Les lecteurs n'achètent pas des actions, ne touchent pas de royalties sur les ventes, ne versent pas une somme d'argent libre : ils achètent un livre, qui leur est envoyé dès la fin de la souscription. En cas d'échec de la souscription, le souscripteur est intégralement remboursé.
Nous voulons que Bibliocratie serve au plus grand nombre d'auteur-e-s à être lus, selon un mode qui les respecte et certainement pas pour moderniser le modèle de l'édition classique qui voit trop souvent, grâce à internet, l'occasion de sécuriser ses investissements en testant sans risque les livres auprès des internautes.

Vous êtes jeune, quel regard portez vous aujourd'hui sur la création littéraire ?

Il paraît que Le XXIe siècle est celui de l'individualisme : réjouissons-nous !
Chacun n'a jamais été si libre de ses goûts, de ses choix, de son mode d'expression. On cherche aujourd'hui à se démarquer, à découvrir et à enrichir sa propre personnalité plutôt que de vouloir se fondre dans un moule d'uniformité. Les auteur-e-s n'ont donc jamais été si prolifiques, et les lecteurs n'ont jamais eu autant à coeur de découvrir de nouveaux talents.
Or, les catalogues proposés par les maisons d'édition imposent une offre trop restrictive, trop standarisée. Il faut accepter de rentrer dans la norme ou ne pas être lu. Les lecteurs ne se retrouvent pas forcément dans le choix qui leur est offert, d'où un paradoxe : chaque année de moins en moins de livres sont lus, alors même que de plus en plus d'ouvrages sont publiés.
La vérité, c'est que la culture des mastodontes de l'édition ne trouve pas son public. La concurrence du cinéma et de la musique explique-t-elle seule que le livre se meurt ? Ou alors faut-il éditer des livres différemment ?
Le Livre exige aujourd'hui une nouvelle bataille : donner à chaque auteur-e une chance de défendre son travail en place publique, car c'est par la lutte la plus ouverte que le public trouvera encore de l'intérêt à décider des vainqueurs et des vaincus. La musique se joue dans les garages, dans la rue, au supermarché. La vidéo se donne par milliards d'unités sur des milliards d'écrans individuels, dans les musées et les festivals, chez le coiffeur. Le livre doit vivre, et cesser de survivre parce que l'écriture possède encore le monopole de trier les écoliers, parce que le papier fait vivre l'Administration.
Le Livre doit s'inventer une place lumineuse, foisonnante, pleine d'erreurs et de gloires décisives, un lieu vivant parce que la liberté d'être lu vit enfin librement.

Si vous deviez faire une dédicace aujourd’hui, pour qui serait-elle ?

A celles et ceux que l'écriture gouverne, à celles et ceux que la lecture émerveille.

 

 


Clarisse Barasc, Guillaume Gohin et Pauline Hamet sont l'équipe fondatrice de bibliocratie.com 



 

Réseaux sociaux