Harald Bénoliel

Editeur, IS Edition

 « Les eBooks me surprendront dans un futur plus ou moins proche » / Harald Bénoliel

 
Cher Harald Bénoliel, comment définiriez-vous IS Edition ?

Je définirais IS Edition par l'un de nos slogans : « Concilier la tradition du livre avec l'innovation des eBooks ». Cette phrase résume parfaitement l'ambition de notre maison d'édition, qui est d'éditer systématiquement chaque livre aux formats papier et numérique. Ces deux supports sont tout à fait complémentaires en fonction de l'usage qu'en font les lecteur-trice-s, et je trouve contre-productif de les opposer.

Quelles grandes différences notez-vous entre l'édition papier et l'édition numérique ?

En exagérant, je dirais qu'il n'y a pas de grandes différences puisque la finalité reste d'offrir aux lecteur-trice-s un contenu agréable à lire, quel que soit le « contenant ».

Cependant c'est évidemment réducteur, car pour une maison d'édition l'approche n'est bien sûr pas la même en fonction du format édité. Chaque support induit des avantages et des inconvénients.

1) Sur le plan technique tout d'abord. L'avantage des maquettes papier est que le résultat final est « simple » à imaginer, car mises à part les nuances de couleurs et la résolution, ce que l'on voit à l'écran est généralement ce que l'on verra sur le livre une fois celui-ci imprimé. C'est totalement différent pour l'édition des eBooks, car il faut prendre en compte le caractère aléatoire de l'affichage des formats ePub et Mobi, qui sont dits « recomposables », au contraire du format PDF qui est statique.

Cette particularité, un des avantages majeurs du eBook, signifie que l'affichage et la mise en page s'adaptent en fonction de la dimension des liseuses, mais aussi des choix que fait le lecteur-trice (sur la taille de la police notamment). Il est ainsi par exemple impossible de définir le nombre de pages d'un eBook, car celui-ci change en fonction des raisons citées précédemment. Lors de l'édition des maquettes numériques, il faut donc anticiper ces variables techniques et typographiques grâce à du codage informatique, un peu comme lors de la conception de sites Internet modernes.

2) Sur le plan commercial, les livres numériques permettent à la maison d'édition de proposer des ouvrages à un coût beaucoup moins important que les livres papier, puisqu'il y a peu de contraintes en terme de coûts de production (hormis le temps passé à les concevoir), de stockage, et de diffusion. À l'inverse, les livres doivent être imprimés, stockés et expédiés avec de facto de nombreux frais à avancer.

Grâce à un bon diffuseur-euse immatériel, il est également beaucoup plus simple de rendre les eBooks disponibles sur la grande majorité des plateformes de vente de eBooks, alors que la distribution des livres imprimés sur les points de vente importants est généralement phagocytée par les gros éditeur-trice-s et les best-sellers.

3) Enfin sur le plan marketing, la communication autour du livre n'est pas la même. Quand pour le livre papier on passe généralement par des salons ou par des séances de dédicaces (annoncées bien sûr sur un célèbre site éponyme...), pour le livre numérique la visibilité se travaille d'abord sur Internet, les blogs et les réseaux sociaux. La possibilité de fixer des prix abordables facilite également l'achat d'impulsion et donc, la promotion d'auteur-e-s inconnus.

Comment voyez-vous l'avenir du marché de l'édition numérique en France ?

Je suis très optimiste quant à son développement. Le taux d'équipement en tablettes et appareils de lecture ne cesse de croître, et le catalogue de eBooks s'étoffe, grâce notamment à des éditeur-trice-s « pure players » ou « mixtes » de grande qualité.

Rajoutons à cela la naissance en 2013 du GLN (Groupement pour le développement de la Lecture Numérique), qui a pour objectif de fédérer de nombreux acteurs et actrices du livre (éditeur-trice-s, auteur-e-s, diffuseur-euse-s, libraires, blogueur-euse-s...) autour de la promotion du format numérique. Je pense que cette structure, à laquelle IS Edition apporte son soutien, a un rôle stratégique à jouer dans l'essor et la crédibilité de l'édition numérique.

Enfin, le caractère dynamique du eBook (notamment du format ePub) offre de grandes perspectives de développement et d'usages, pour la plupart encore insoupçonnées. À l'instar du téléphone mobile, qui ne servait au départ qu'à passer des appels et qui devient un appareil multifonctions, j'aime imaginer que les eBooks me surprendront par leurs fonctionnalités dans un futur plus ou moins proche.

Si vous deviez faire une dédicace aujourd’hui, pour qui serait-elle ?

Difficile d'isoler une seule personne tant de nombreux intervenants sont ou ont été importants pour IS Edition. Je citerais bien sûr en premier lieu tous nos auteur-e-s, sans qui rien ne serait possible, nos lecteur-trice-s bien sûr, mais aussi Marina Di Pauli, Pascale Averty, Nicolas Pelinq, Ingrid Corrado et Patrick Bénoliel, qui travaillent activement au développement de l'entreprise.

Je ferais aussi un clin d'oeil amical à toute l'équipe de Marseille Innovation, un pôle européen qui accompagne le développement d'entreprises innovantes, qui a cru dès 2011 au projet de IS Edition et l'a toujours soutenu depuis.

Et enfin, impossible bien sûr de ne pas vous mentionner, chers amis du site Lesdedicaces, car vous offrez une visibilité indispensable aux auteur-e-s, libraires et maisons d'édition de toutes tailles. Cette dédicace, si je devais la faire, serait donc aussi et surtout pour vous !

 


Harald Bénoliel est éditeur et dirige IS Éditions.


 

 

Réseaux sociaux