Ouishare

Economie Collaborative

« On assiste au développement des processus de co-création dans les formes traditionnelles de la culture »
 

L'économie collaborative peut-elle s'appliquer à tous les secteurs ? La culture par exemple ?

La culture est déjà collaborative depuis bien longtemps dans une grande partie de ses multiples formes. De nombreux processus artistiques impliquent une collaboration pair-à-pair et ce secteur est sans doute par essence moins cloisonné que d'autres. 

Les produits culturels sont parfois financés de manière collaborative, avec des plateformes comme Oocto pour la musique, TousCoProd pour le cinéma, ou KissKissBankBank, pour d'autres disciplines artistiques, notamment en vidéo, photo et édition.
On assiste aussi au développement des processus de co-création dans les formes traditionnelles de la culture comme les musées. L’expérience Museomix en est un bon exemple : plus d’une centaine de personnes (programmeurs, designers, codeurs, animateurs et amateurs d’art) se réunissent pour imaginer de nouvelles manières d’aborder l’espace muséal.
Dans le même temps, le milieu artistique et culturel est aussi l'un des plus opposés au partage "open-source” avec la question récurrente des droits d’auteur et de la propriété intellectuelle. A nous de montrer qu’il existe des modèles économique viables pour le libre.

Ouishare... comment vous définiriez-vous ?

C'est une question difficile, car je suis en constante évolution. Communauté ou collectif sont les termes qui me caractérisent le mieux. Je rassemble en ce début d'année 2013 environ 400 contributeurs dans toute la France, en Europe et en Amérique Latine avec des groupes locaux à Barcelone, Berlin, Rome, Madrid, Bruxelles, Rio... mais aussi en Bretagne, à Marseille, Lille, Nantes, Toulouse, Bordeaux, Lyon.
Toutes ces personnes ont pour point commun de s'intéresser, voire de s'investir dans l'économie collaborative qui repose sur la collaboration, les échanges de pair à pair, la recherche du lien social et du bien commun et l'accès aux ressources comme alternative à la propriété.
Notre but est d'accompagner et d'encourager le développement de ces nouveaux modèles économiques ou de gouvernance. Pour cela nous organisons des rencontres et autres événements autour de l'économie collaborative, nous animons des groupes de veille thématique et publions nous aussi un magazine en ligne.

Après 1 an d'existence, comment jugez-vous la réception de l'économie collaborative par la société française ?

En un an, l’économie collaborative a explosé en France comme ailleurs en Europe d’ailleurs. Certains diront que “c’est la crise”, que c’est un phénomène conjoncturel, mais je ne le crois pas : il s’agit plutôt de la conjonction de plusieurs facteurs, comme le développement des outils numériques, en particulier les dispositifs mobiles, la progression des réseaux sociaux, le besoin sociétal de recréer des formes de lien social, la montée des préoccupations environnementales... Auxquels s’ajoutent, bien sûr, les contraintes budgétaires des individus. A mon sens cette conjonction de facteurs et l’émergence de modèles collaboratifs est la première étape d’un véritable changement de modèle.
En France, la consommation collaborative est plutôt bien reçue et assez fortement pratiquée : plus de 2 millions de personnes pratiquent le covoiturage, Paris est la deuxième ville la plus représentée sur Airbnb après New-York et après seulement quelques mois d’existence, La Ruche qui dit Oui enregistrait déjà cet été sa 30 000e commande...  .

Si vous deviez faire une dédicace aujourd’hui, pour qui serait-elle ?

Ce serait une dédicace en forme d’hommage à Aaron Schwartz, disparu il y a peu. Aaron Schwartz était un activiste de l’accès libre et gratuit d’internet et archiviste 2.0 qui a créé la technologie des flux RSS et permis de démocratiser l’accès à des contenus de recherche et articles universitaires auparavant inaccessibles.

 

 


Ouishare, "La Communauté des Acteurs de l’Economie Collaborative" est visible sur ouishare.net.
L'équipe de Ouishare France a répondu à nos questions.



 

 

Réseaux sociaux